15 juillet 2009

Labyrinthe

  Il faisait nuit encore en plein midi Ton sourire vint agiter le ciel Cinglant vertige arrachant ma peau   Tout un peuple de mots De nuées, d'aventures S'évanouirent sur l'amère blancheur de ta peau Inaccessible à toute inscription   Belle énigme de goudron et d'eau vive Qui toujours s'échappe, toujours me hante   Toi qui jamais ne sera compagne ni reine Magicienne tutélaire de mes vies avortées Étoile lointaine à même le coeur Brûlante et désinvolte   Ariane aux labyrinthes brisés Tu sèmes... [Lire la suite]
Posté par charp à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2009

Résurrection

Ta peau nue comme un cimetière abandonné Que mes caresses reverdissent Parsemé de tombeaux défaits par l’oubli D’où s’échappent invisibles les soupirs de tes anciens amants   Les allées de ta chair autrefois parcourue de langoureux cortèges Disparaissent sous les broussailles épaisses de mon désir Cherchant en tes ombres impatientes L’assouvissement en toute éternité   Feux follets dérobés au silence Les farouches exhalaisons de ton plaisir ressuscité hantent mes gestes d’une joie sépulcrale Tes seins se... [Lire la suite]
Posté par charp à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2009

Le puits

La main qui se tend Vide Le gouffre avait les yeux délicatement fardés La jambe fine et rapide pour me fuir * Point lumineux sur le front ridé du large, tu déchirais la peau brumeuse de l'horizon, tu m'inventais des pas, tu caressais l'orage, tu lui murmurais la pluie, mes bras découverts sur la frontière écarlate de ton nom Tu glissais, madrépore noué sur la corde tremblante de mon souffle, et je m'enivrais de tes reculs J'étais Zeus et la Foudre vaincu par ton peuple de Titans * ... [Lire la suite]
Posté par charp à 11:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 avril 2009

Après

Passante Qu'en détour de crocs Lamelle pure d'acre contrainte Tu déchires Souriante Ou de corps pallié Cheval voleur d'exacte carapace Tu reflues Ailée De pas moqueur d'abîmes Ô lente déchirure de naissance à trépas Tu rentres Paresseuse De ces mots accordés Que n'eurent trop de fois blessés Les tendres agonies de nos rencontres. Pierre Charp, Décembre 2008
Posté par charp à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2009

Sentence

Il aurait fallu accabler les anges, et leur déchirer la peau d'un ongle distrait. Alors oui, peut-être, n'aurais-tu pas ouvert ce petit flacon de sels inconnus, où dormaient d'autres marées, et quelques naufrages. Tu n'aurais pas ouvert les bras aux lames insolentes et nues qui dans les rues hagardes dégrafaient les passantes. Tu n'aurais pas noué le fil de tes jambes à la corde savante où s'étendent chaque jour mille et une variantes d'abysses. Tu n'aurais pas glissé sous le manteau d'argile de ses mains, tu n'aurais pas failli,... [Lire la suite]
Posté par charp à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2009

Refuge

  Nous avions rendez-vous tout au bout de la jetée, les yeux fermés Je vacillai à mi-course, les jambes tremblantes par la chaleur du soir, la durée de la course Tu étais dressée, nue, à l'extrémité, en contrejour de l'incarnat crépusculaire Auquel tu offrais noire d'encre l'insolente générosité de ton corps Seins de hautes vagues bordées par l'écume de ta main, Ta croupe ruisselante d'appels imposant le silence aux esprits noctambules Tes yeux follets glissant à même la brume Tu appelais les orages, tu ouvrais tes... [Lire la suite]
Posté par charp à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2009

Griffes

  Ta démarche comme les coups de griffes d'un chat Ta voix océan Pétillante comme une bande d'oiseau de mer Tranchante comme l'orage sec qui déchire l'horizon Et tes mains d'esquifs ne ployant pas sous l'écume Toi qui fut toujours l'amer fabuleux et hautain de mes passages Fine lanière d'existence claquant au gré des jours Du même sang de la même pluie Fière comme un mât à la pleine lune Insoumise comme le blé Et toujours à perte de vue. Pierre Charp, août 2008
Posté par charp à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2009

Dégage!

Tel en cette glace bleutée se noue le fors intérieur Regards sur le désert qu'usent Mille tableaux de chair et de vent Il oserait nier le monde Et ce mépris hautain l'accommoderait S'il n'en devinait le chiffre Ces buissons et ces corps que son regard éventre Il les reconnaît Ses entrailles, sa voix, ses sens qui s'amusent et se moquent S'en allant pourrir suavement sous l'angle des rues Feuillage trouble pour topologie Bancs brisés pour élans Passants non plus figures Mais décor renversé caillots de rêve L'univers... [Lire la suite]
Posté par charp à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]