Reprendre mot à mot, échelons par échelons.

Soit.

Mais encore. Le goût ne reste pas. On s'y ennuie comme au reste.

relier les sens par ballots. Diverses moissoneuses-batteuses de sens ont été créés de-ci de-là, mais..

La récolte manque de bras, de tenue, de suivi.

Les mots à harceler, à hacher, à blémir. S'en faire un beau collier à porter à son cou, lors des processions d'équinoxe.

Je reprends, car la première marche est encore devant moi.

Han! Non, décidément, le muscle est trop faible. Tiens, un oiseau qui passe? La lyre! Ah la lyre... Hallali. Me voilà daim bon pour la broche. Au fond, chasseur n'est pas de mon bras, le gibier me tente. Alors, le silence? Encore?

On évacuera toute tentation du lecteur. Ici du moins. Passe et tais-toi. Ou pas?

Monter. Oui, c'est bien cela. Reprendre mot, c'est recommencer à monter, et la fatigue m'est consubstantielle, et si douce, si douce....

On recommencera une autre fois. Il faut que j'aille boire. Léger, me voici...

 

Pierre Charp, 09 décembre 2013

Fragments poétiques I Reprises