29 avril 2015

Les Echos Antérieurs, II,1

Chapitre II Ailleurs Il prit ses quartiers à l'hôtel de l'Ecailler. Sa chambre, au 2e étage, donnait sur les terrasses et le port. Après une douche et une courte sieste, délesté de son sac à dos et de sa sueur, il prit possession de son nouveau territoire. Il traversa la petite halle aux poissons, ses chalands locaux et étrangers, ses poissonnières régnant sur des échoppes marquées du nom d'un chalutier: L'alfa, Carpe Diem, Mélodie de la mer, Yaka, Ce pat mar An....  Emplie de l'âpre parfum des prises fraîches, il s'éloigna... [Lire la suite]
Posté par charp à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2015

Les Echos Antérieurs, CI1,1

Chapitre intercalaire I Laissant à Antoine le temps de s'installer à Ouistreham, je me permets de mentionner les sources utilisées pour mon récit. Il est d'usage de les reporter en fin d'ouvrage, mais c'est ici qu'elles prennent tout leur sens. Libre à l'amateur de pur narratif de passer outre à ces intercalaires, et de reprendre le fil du récit au chapitre II. Sources du récit: - Carnet de voyage, épais de plusieurs centaines de pages, composé de notes, réflexions, comptabilité, textes, poèmes, croquis, etc. Prévu pour une durée... [Lire la suite]
Posté par charp à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2015

Les Echos Antérieurs, I,3

Au regard de ses proches, au miroir qu'ils lui offraient, Antoine comprit que la coquille où il se complaisait l'entraînait vers une folie irréversible. N'étant plus irriguée du monde, elle allait s'assécher, se durcir, se colmater. Il entreprit de s'arracher de son étable à songeries. Après plusieurs mois, il partit. Le hasard des trains l'amena à Caen, le souvenir de Rahul Darvid le conduisit vers la mer. Il suivit les bords de l'Orne. Il arriva à Ouistreham. Lorsqu'il franchit le canal de Caen à la mer, sur les portes de l'écluse,... [Lire la suite]
Posté par charp à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2015

Les Echos Antérieurs, I,4

A cet instant, il était encore conscient et maître de ce qui se passait en lui. C'est justement cette maîtrise qui, lui permettant de passer outre aux premiers signes d'égarement, l'entraîna au large. Ainsi, que les bords de l'Orne, loin de lui offrir comme il l'avait d'abord espéré une promenade champêtre à l'écart de la modernité, le conduisaient dans sa marmite même, une zone industrielle, cela ne le déçut pas. C'était pour lui l'équivalent d'une nécessaire traversée du désert, d'une jungle. Il faut ces passages par des terres... [Lire la suite]
Posté par charp à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2015

Les échos antérieurs. Chapitre I,2 : Craster, Northumberland

Cette archéologie transitoire des sociétés anciennes fut la première manifestation de ce mal qui allait l'emporter. Une première porte ouvrant sur la chute. Après quelques mois, presque un an, il en ouvrit une autre. Ne vivant plus, il se créa des existences. Pas les siennes. Il en chargea divers personnages, dont je ne sais encore, du moins pour certains, s'ils sont de pures inventions, d'anciens personnages réels découverts dans diverses lectures, et dont il se contenta d'inventer les détails du quotidien, voire, pour les plus... [Lire la suite]
Posté par charp à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2015

Les échos antérieurs. Chapitre I, 1: Le départ

Réflexion et recueillement, foudre et rivage   Par ennui, haine, ou exil, il s'était clos dans la soupente. Il avait hérité de ce petit immeuble de deux étages quelques années avant d'être libéré de toute obligation professionnelle pour « restructuration ». Beau mot. Ah, structure, hantise de ce temps. De Jakobson au plus petit officier du CAC40, le squelette s'est vu attribué la primauté du sens sur la vie, sur l'histoire. Rien d'étonnant pour une civilisation à l'agonie, se disait-il. Fabienne logeait au... [Lire la suite]
Posté par charp à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2015

Les échos antérieurs. Prologue

Pourquoi écrire ce livre? Quelque tragique incident, ailleurs, a entraîné la disparition d'Antoine, laissant derrière lui le lourd sillage d'un journal de voyage fort de plusieurs centaines de pages, contenant des anecdotes insignifiantes, des détails inutiles, des réflexions parfois lourdes de sens, parfois désespérément banales, de rares poèmes inégaux, le tout dans une écriture tour à tour très lisible ou partiellement indéchiffrable. Livrer un tel témoignage sous sa forme brute n'aurait rien révélé. Nul, hors moi, ne se serait... [Lire la suite]
Posté par charp à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2013

Commentaire

Comme mentir Dire les tracés les charpentes les sillons Lors que les becs s'allongent, s'abreuvent et s'enivrent Annoncer les présences Lors que l’œil au loin s'égare Contournant villages et voiliers Agaçant les mentons les chevilles les barrières Parler en voile de pluie Pour ne pas affronter l'oraison solaire Les cris incandescents Les intrus sarcastiques Énoncer Quand tout se joue sous l'épiderme des langues Quand tout s'évanouit à l'approche du verbe.
Posté par charp à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2013

Tableaux

    Des torches écarlates Des torches océanes Des torches limpides ou rétractiles Toutes par le lancer Enfantent des chemins Des lacs des agaves des peaux des alluvions Toutes par le lancer Déchirent les toisons les briques les falaises D'où jaillissent glissent se répandent Bouquets de visages wagons de rencontres ellipses de pèlerins Toutes par le lancer Écartent les frontières.
Posté par charp à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2013

Bosquets

    Le lent trémolo du feuillage Ponctue les chants noircis des longs voyages Le lent trémolo du feuillage Caresse tes seins sans y perdre syllabe Caresse tes pas sans y clore chemin Caresse ma mémoire de tes longs cheveux d'absence Le lent trémolo de ton absence Caresse le feuillage en dessins paradigmes Et l'ouvre lentement Béant sur l'azur inversé de ton lit L'ouvre lentement Aux hautes sphères statues forgées de la colère Colère du feuillage écarté par le vent Colère de l'absence trop vive... [Lire la suite]
Posté par charp à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]