12 mars 2009

Passante

Passante de l'ombre et de la nuit, brume obscure, ta présence corrosive hantera mes pas à reculons. Sans vérin ni calice, de la tourbe où je te vois, tu me soumettras à l'appel violent de tes sillages glacés. Je te découvrirai, repue, parmi les racines domptées des basses eaux, là où l'empreinte de ton corps, froissée, simulera un envol d'uranies. Chaque porte de ta voix, vêtue d'un insolent linceul, s'ouvrira en hurlant tes méfaits incarnats. Une branche ou un palais se brisera au tocsin de ta nuque. De cette... [Lire la suite]
Posté par charp à 12:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 mars 2009

Tracé

Au seuil de la porte obscure, je te verrai peut-être, ton visage blanchi par l'attente, Toi, sceau de mon exil.   Avant de coudre l'oubli aux berges de tes yeux, celui qui entre au désert s'abandonne aux brûlures, mais retient encore quelque légère houle sous la paume et prend peur: qu'un vent d'Ouest, vieille compagne alanguie, verse sur ses joues l'ancien drapé, et l'aube smaragdine, insensiblement, renouera le fil de l'infini balancement.   A celui qui entre au désert, la lointaine chevelure des... [Lire la suite]
Posté par charp à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2009

Les deniers de l'Apocalypse

Porté sur ce récif par le souvenir confus d'une soirée d'automne, M.Pornier livrait aux écumes le secret hoqueté de son existence. Nul hors le vent aux babines moroses n'écoutait sa langueur. Dans l'auberge décharnée par le soir, reposant sur la rive, délaissée par l'orage, une famille lugubre, si saine et réfugiée dans le ventre grotesque de cette impavide bâtisse, s'essayait à grouper en aphorismes accidentels les mots rebelles de son discours exsangue. Le refus de l'exil, aussi proche fut-il, habitait les méandres de... [Lire la suite]
Posté par charp à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2009

Philtre

Terrée sous ses remparts, étrangère à son venin, tu lui confectionneras une pèlerine d'eau salée et de miroirs. Il ne saura la revêtir. Tu te lisseras les ailes sur sa peau noueuse. Tu lui diras: "Je t'aime". Il sera instruit de ses propres terreurs. Tu lui ôteras l'âme avant qu'elle ne se brise. Tu la déplieras en ses quatre cœurs, que tu enroberas de pollen. Tu les déposeras au pied de quatre chênes. Alors, dans l'indécente nuit, il se réveillera. De ses yeux dessillés, une pluie de couleuvres descendra vers tes mains,... [Lire la suite]
Posté par charp à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2009

Souvenirs

J'avais été longtemps roi d'Epire, acrobate et sonneur d'églises dévastées. Mon oeil s'était noirci d'avoir blessé un poulpe confié à mon humeur. Nul hors le sang séché d'une rivière corrompue ne portait témoignage. J'avais l'âge dont on moque parfois la marche claudicante et tous s'écartaient. Je parlais à mes sœurs, les hôtes arachnéens des murs sénescents.           Il vint en ma mémoire une clarté d’avril. Plus tard, j'en deviendrai l'obéissant livreur. Elle s'inséra dans mon regard à... [Lire la suite]
Posté par charp à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2009

Ainsi

Tu me laisseras lointainement languir au soleil de ta voix, brûlé par les ors de ses accents polaires. Tu me respireras de la pourpre à la tempe, tu incrusteras sous l'ongle de mes peurs cette peau blanche, opaque, d'un acier tremblant, dont tu sais alourdir le moindre retard du passant qui te croise. Dans les greniers conquis par ton règne vengeur, gisant sous des grillages de fièvre, les trois derniers monarques de tes morsures blêmes dessineront ta légende, parée de soifs et d'hypnoses. Mais, plus tard, quand le... [Lire la suite]
Posté par charp à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2009

Sauvée des eaux

Demain tu sortiras des flots, bruissante, opaline. Je m'assiérai là, sur ce roc imparfait, ce fragment d'abysses. Tu laisseras ton cri déchiqueter les voiles du navire. La brume à ton sein flottante claquera sur les ruines du phare. Et ta jambe à mon front lissera l'insatiable désir de l'indifférence. Car nous ne sommes pas les masques de ce rivage, mais sa peau. Et l'humaine candeur à nos rires s'éloigne.            Dans les plis d'écume, au crépuscule, la plaie tracée sur un reflet... [Lire la suite]
Posté par charp à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2009

Chute

Comme un lent somnifère, la chevelure grisonnante des roches accompagnait ma chute. Je déchiffrais les veines des falaises noueuses, où l’on avait gravé l'amer prononcé. A chaque pli saillant, me brisant, je livrais les fragments arrachés d'une écorce trop mûre. Condamné à l'abîme pour le retard d'un væu, j'en ressentais la perte comme un allégement, comme la séparation tardive d'avec des regrets trop anciens. De bris en déchirures à l'approche des eaux, je flottais en poussière sous les souffles exhalés d'un magma... [Lire la suite]
Posté par charp à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2009

Cours

Cours, petit, cours. Comme le bras glissant de ces ruines te mange et t'invite à tout éteindre, cours au-delà des rivières.            Quitte les champs de cendres bleues, les fauteuils de cuir rouge, les abysses au creux de tes mains grises, cours dans le ventre de ce temple où, depuis longtemps déjà, tu attendais les rêves. Ils ne sont pas venus, ils n'arriveront jamais.            Cours, petit, cours sur l'échelle tombée, ils t'y feront glisser,... [Lire la suite]
Posté par charp à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]